Saut au contenu

Une dyade avec 2 entrepreneurs, est-ce viable ?

Le Réseau M définit une dyade comme la relation entre un entrepreneur mentoré et un mentor attitré. Un engagement entre deux personnes qui forment un duo qui va vivre une relation mentorale pendant une certaine période.

L’augmentation du désir d’entreprendre et les nouveaux modes de gestion de la nouvelle génération changent l’entrepreneuriat. De plus en plus de création d’entreprises sont le fruit de l’association de plusieurs entrepreneurs. Une tendance récente mais qui va sûrement se poursuivre dans les prochaines années.

Première conséquence en terme de mentorat, nous voyons affluer des demandes de dyades avec deux associés qui expriment le souhait d’être mentorés ensemble. Nous avons fait un travail de recensement chez SAGE Mentorat d’affaires (région de la Capitale-Nationale) de ces « dyades doubles » (ou « dyades à trois ») et une réflexion avec les mentors concernés dont je vous partage un certain nombre d’éléments.

Je précise que le texte qui suit est donc le fruit de notre expérience chez SAGE, et nullement d’une façon de faire appliquée et/ou recommandée par le Réseau M pour l’ensemble des cellules de mentorat.

Quels sont les cas de figures rencontrés chez SAGE ?

Il y a trois types de dyades doubles :

  • Deux associés mentorés en même temps avec un mentor (57 %)
  • Deux mentors qui accompagnent les deux associés séparément (33 %)
  • Les deux associés mentorés séparément avec le même mentor (10 %)

Je propose de mettre l’accent sur le premier cas de figure qui est aussi le plus courant (57 % des dyades) et parce que j’ai la chance de vivre, avec passion, ma troisième expérience de ce type.

Une dyade double peut être constituée d’un couple, d’un duo parent/enfant, ou de deux personnes non apparentées. Cette simple énumération nous fait comprendre intuitivement que cela va parfois provoquer des situations où chacun peut avoir un point de vue différent, voire divergent, face à une situation donnée.

Cette relation triangulaire change-t-elle le rôle du mentor ?

Lors de notre rencontre, un mentor a justement résumé la situation avec beaucoup de bon sens : « Une dyade double, c'est comme une dyade simple mais avec une plus grande complexité ».

Une complexité qui tient à la relation à trois si bien décryptée par l’écrivain Jean-Paul Sartre dans le livre Huis clos. Un triangle relationnel qui peut rapidement dériver vers des prises de position à deux contre un. Situation complexe qui tourne fréquemment en conflit. Le défi du mentor est donc de passer d’une relation d’individu à individu à une relation à trois personnes. De rester neutre en toute circonstance. D’éviter de donner l’impression de pencher pour l’un ou l’autre des mentorés lorsque survient une possible divergence de point de vue.

Cette particularité doit être intégrée par le mentor qui accepte de s’engager dans une dyade double. Elle requiert plus de vigilance mais recèle aussi de beaux défis à relever.

Cas de deux associés mentorés ensemble par un mentor

Commençons par positiver les choses en affirmant que ce modèle donne chez SAGE de vrais succès. Les dyades doubles avec un seul mentor exigent des conditions préalables tant du côté du mentor que des entrepreneurs mentorés.

  • Du côté du mentor : d’abord et avant tout une bonne maîtrise de la relation mentorale. Ensuite, une bonne capacité de gestion émotionnelle pour conserver. En toutes circonstances, une attitude de neutralité face aux deux mentorés.
  • Du côté des mentorés : une dyade double exige des deux personnes un bon niveau de maturité, qu'elles partagent un projet commun et qu'elles démontrent une volonté affirmée de vivre le mentorat ensemble.

La réflexion de groupe a permis également de faire ressortir quelques clés de succès :

  • Rester neutre et éviter à tout prix de donner l’impression de trancher pour l’un ou pour l’autre;
  • Favoriser les échanges entre les deux mentorés, les aider à discuter ensemble du point de vue de l’un et/ou de l'autre;
  • S’attacher à créer un rapport équilibré et respectueux entre les deux mentorés;
  • Résister à toute tentative d’un mentoré d'être utilisé pour faire passer une de ses idées à son associé;
  • Si le mentor a pour règle de ne jamais manipuler un mentoré, il doit aussi rester vigilant afin d’éviter d'être lui-même manipulé;
  • Être conscient que deux individus fonctionnent différemment et que la dyade double exige du doigté en terme relationnel pour satisfaire les deux personnalités de vos mentorés.
  • Existe-il des inconvénients à accepter une dyade double ? On peut penser que des rencontres à trois n’offriront pas la même proximité et ne créeront pas la même relation humaine. C’est juste, mais vous découvrirez d’autres modes de fonctionnement qui vous ouvriront de nouvelles perspectives sur le mentorat.

Que peut-on en conclure ?

Une situation de mentorat complexe ne signifie pas qu’elle est ennuyante. Bien au contraire. Tous les mentors qui l’ont vécu, ou le vivent encore, s’entendent pour dire que cette expérience humaine leur apporte de nouveaux défis à relever, une autre vision de leur rôle et finalement de la diversité dans leur engagement de mentor.

Il faut s’adapter aux besoins des mentorés et garder en toute circonstance une posture mentorale d'accompagnement et de soutien entrepreneurial aux individus. Il n’y a pas toujours une réponse claire et chaque situation peut amener son lot de complexité. N’oublions pas qu’en tel cas, vous pourrez toujours avoir recours à un chef mentor, et plus largement au Réseau M, pour en parler.
Dans une perspective plus large, le Réseau M (et particulièrement son volet Jeunesse) explore officiellement une voie très intéressante dans l’accompagnement des entrepreneurs qui dirigent une entreprise à deux ou plusieurs, et il s’agit ici du mentorat de groupe. Un sujet que ce présent blogue explorera sûrement ultérieurement.

Chez SAGE, nous avons aussi conclu que les dyades doubles avec un seul mentor devraient être préférablement proposées à des mentors expérimentés. Une bonne maîtrise du mentorat et un fort vécu sont des gages de réussite lorsqu’on est confronté à des situations nouvelles et délicates.

J’adresse un merci tout particulier à Laurier Tremblay, mentor et formateur au sein du Réseau M, chez SAGE, à l’initiative de la réflexion et à mes collègues mentors qui ont partagé, en toute objectivité, leurs expériences de dyade à trois.

Par Francis Bélime, mentor au Réseau M.