Saut au contenu

Lancer une Startup au Québec, pourquoi ici et maintenant ?

Fabien Rossini
Fabien Rossini

Depuis quelques années, les Startups technologiques se multiplient au Québec. Mais est-ce que le Québec a une réelle compétitivité au milieu des grands joueurs comme New-York ou Londres ? C’est ce qu’a voulu prouver Fabien Rossini*, au travers d’une étude édifiante sur les Startups et leurs écosystèmes.

Afin de lever les ambiguïtés, voici sa définition des Startups :

Le mot ‘Startup’ est arrivé avec Internet, à la fin des années 90. Ce sont de jeunes entreprises technologiques à haut potentiel de croissance et avec une très forte capacité d’adaptation. Pour cela les Startups doivent impérativement trouver les bons talents qui seront porteurs de la culture d’entreprise, et s’appuyer sur du financement à la hauteur de leur rapidité de croissance. Les Startups technologiques sont souvent des micro-multinationales, elles s’internationalisent plus facilement et ce, à un stade relativement précoce de leur développement.

Leur principal atout, l’innovation, est aussi leur principale faiblesse. L’innovation s’inscrit dans un écosystème en balance avec la prise de risques, ce qui explique leur très fort taux d’échec.

C’est d’ailleurs ce qui différencie les Startups technologiques des autres industries, qui vont chercher par tous les moyens à diluer les risques.

L’écosystème a une place prépondérante dans le succès d’une Startup. Les villes sont au cœur du développement économique. C’est en cela que les Startups technologiques sont un challenge pour les villes qui les accueillent. Elles vont chercher à remettre en cause des piliers de l’économie, à redéfinir des sociétés et des modes de consommation. Elles vont, en contrepartie, être créatrices d’emplois et de prospérité.

Cela explique l’engouement de grandes villes comme New York, Londres ou Montréal de gagner en compétitivité en multipliant les initiatives de séduction envers les Startups. Il suffit qu’une ou deux Startups prennent une dimension internationale pour faire rayonner son écosystème et ainsi stimuler les talents, le marché, les infrastructures et le financement. Les Startups technologiques s’automagnétisent, elles créent des communautés fortes et complémentaires et ainsi influencent à leur tour leur écosystème.

D’après l’essai de Fabien Rossini, le Québec, et plus particulièrement Montréal, remplit tous les critères d’un écosystème favorable au développement des Startups :

  • des universités de renommée internationale, qui forment les jeunes talents et ainsi créent une compétitivité;
  • des régulations facilitées, par rapport à des villes comme New York et Londres qui tremblent encore sous l’effet Trump et Brexit;
  • la volonté de fournir un écosystème sain avec un fort taux de création de Startups et des infrastructures de pointe pour les accueillir.

L’effort à noter porte sur la capacité de financement. Même si une amélioration a été notée au Québec, on peut encore observer une certaine frilosité. Cela peut rapidement être contrebalancé par l’internationalisation des investisseurs en capitaux dans les Startups (exemple : ‘500 Startups’ récemment installés à Montréal).

À la question sur la nécessité du mentorat pour entrepreneurs au sein des Startups technologiques, Fabien n’a aucun doute sur l’impact de tels services au sein des écosystèmes. En effet, un réseau tel que le Réseau M permet aux entrepreneurs de Startups de sortir de l’isolement conféré par le tourbillon de leur entreprise. Le partage, la communauté, le réseautage, sont autant de valeurs chères au Startups, et génératrices de succès.

En conclusion, le Québec est donc un endroit idéal pour démarrer une Startup. L’écosystème évolue rapidement et met tout en œuvre pour les aider à croître et perdurer?!

 

Pour télécharger «A tale of three cities: London, New York and Montreal. Analysing Tech Startup ecosystem»

Profil LinkedIn de Fabien Rossini

*Fabien Rossini a développé son expertise en entrepreneuriat au fil de ses nombreuses expériences. Français d’origine, il compte 15 ans de développement stratégique, commerce et finances à Londres où il a collaboré avec les plus grands entrepreneurs des secteurs technologiques. Passionné par cette industrie à haut potentiel et poussé par de fortes ambitions, Fabien est l’auteur de l’essai «A tale of three cities : London, New York and Montreal. Analysing Tech Startup ecosystem». Devenu Montréalais il y a 3 ans, Fabien en a profité pour valider ses acquis avec l’obtention d’un EMBA McGill-HEC Montréal en 2017.

 

Auteur: Estelle Delattre