Saut au contenu

Mentorés: collaborez au succès de votre relation de mentorat

La confiance dans une relation de mentorat est cruciale. Pierre Chagnon et Clément Limoges le rappelaient, à leur façon, lors de l’atelier «Évolution d’une relation de confiance entre un mentor et son mentoré» du 13e Rendez-vous annuel du mentorat pour entrepreneurs de la Fondation de l’entrepreneurship (Réseau M). Ils démontraient, entre autres, que le rôle du mentor peut avoir un grand impact dans le développement de la confiance dans une relation mentorale. Ils faisaient référence à plusieurs signes et étapes à franchir permettant de reconnaître si le développement de la confiance dans une relation mentorale était atteint.

Leurs réflexions m’ont amenée à analyser autrement les différentes expériences que j’ai eues avec mes mentors. Je me suis souvenue de plusieurs actions posées par mes mentors dès les premières rencontres pour me mettre en confiance. J’ai aussi réalisé, en tant que mentorée, bien que le programme de la Fondation ne demande pas d’en faire autant, que j’ai fait aussi des gestes pour contribuer au développement de la confiance dans la relation. J’ai donc reconnu que je pouvais contribuer activement au succès de celle-ci. J’y suis parvenue en me posant les questions suivantes : Qu’est-ce que je fais en tant que mentorée pour apporter la confiance dans la relation avec mon mentor ? Qu’est-ce qui fait en sorte que mon mentor prenne le goût à nos échanges malgré les hauts et les bas?

Voici, selon moi, 6 gestes ou actions que les mentorés peuvent poser pour maximiser le succès de leur relation de mentorat.

Faire une analyse de soi

Avant de faire appel à un mentor, il est nécessaire, selon moi, de faire une analyse de ses forces et de ses faiblesses. Il est important de bien savoir, par exemple, où on en est et où on aimerait aller. Cette étape est très importante. Elle permettra de mieux définir le profil du mentor que l’on souhaite rencontrer  pour atteindre ses objectifs. L’un de mes premiers mentors, par exemple , m’a accompagnée dans le développement de mes aptitudes entrepreneuriales dans les situations de pré-démarrage et de démarrage d’entreprise. Avec le temps, ma situation en affaires et mes objectifs ont changé. Je rencontre actuellement un mentor qui me permet de travailler une pensée plus rationnelle, car je désire développer et faire croître mon  entreprise.

S’informer sur notre mentor avant la première rencontre

Avant de rencontrer un mentor pour la première fois, il est préférable, à mon avis,  de s’informer à son sujet. J’ai, par exemple, interrogé mon entourage et fait des recherches sur internet.  J’ai pu, savoir à qui je m’adressais, en savoir plus sur les intérêts de certains mentors et par le fait même être en mesure d’entrer dans la relation de mentor et mentorée plus rapidement dès la première rencontre. J’ai pu également ajuster ce que je désirais partager comme information lors du premier rendez-vous.

S’intéresser au mentor

Interroger régulièrement son mentor sur son parcours, sur ce qu’il a fait ou ce qu’il ferait dans une situation quelconque contribue , selon moi, au succès d’une relation de mentorat. Je prends l’initiative de  m’intéresser souvent, par exemple, à ce qu’ils ont vécu ou aux sentiments qu’ils ont éprouvés lors d’un contexte particulier. Cela me permet de m’identifier à eux et de ne pas me sentir la seule à éprouver certaines émotions. De plus, cela m’amène à avoir une relation d’égal à égal.

Préparer chaque rencontre

Ne pas négliger de bien se préparer pour chaque rencontre. J’ai remarqué rapidement, la différence entre une rencontre préparée à l’avance et une qui ne l’était pas. Le sentiment à la fin de la rencontre n’est pas le même Entre autres, pour une rencontre préparée, je ressens que je quitte avec de nouvelles réflexions et de nouveaux outils qui peuvent m’aider dans mes objectifs. Lorsque le rendez-vous n’est pas préparé, la rencontre s’avère moins efficace et j’ai tendance à m’éparpiller dans mes propos. Aussi, je suggère que le mentoré communique à son mentor les points qu’il aimerait échanger avec lui une semaine avant leur rencontre. Mes mentors m’ont déjà fait part qu’ils appréciaient beaucoup cette démarche qui leurs permettait et leurs donnait du temps, au besoin,  pour aller chercher de l’information complémentaire .

Partager régulièrement des réflexions

Échanger des réflexions et des lectures régulièrement est fort utile, à mon avis. Je l’ai toujours fait avec mes mentors. Nous échangeons régulièrement des articles à lire ou des titres de livres par courriel ou des réflexions rapides sur un sujet précis. Mes mentors ont l’occasion de découvrir mon secteur d’activité autrement, car je leur partage des liens ou statistiques en lien avec ce dernier. Aussi, je les informe, si je trouve des articles ou des sujets qui les passionnent.

Faire des suivis rapides

Faire des suivis avec son mentor, sans nécessairement planifier une rencontre peut-être une belle façon de le garder informé autrement. Je prends l’initiative, par exemple, d’informer mes mentors par courriel des résultats que j’ai obtenus grâce à des actions posées et des réflexions qu’ils m’avaient proposées. En faisant des suivis rapides, cela me permet aussi de réduire le contenu des rencontres officielles pour ainsi discuter de problèmes ou points qui sont de plus grandes importances.

Auteur: Kim Auclair