Saut au contenu

Comment calculer votre taux horaire comme entrepreneur

C’est le temps de laisser vos émotions de côté pour calculer rationnellement votre taux horaire.

« Quel est votre tarif horaire? » La question qui tue pour l’entrepreneur tiraillé entre demander un montant peu élevé pour s’assurer d’obtenir le contrat et demander un tarif assez élevé pour réaliser une part intéressante de profit. Et si vous calculiez simplement votre taux horaire optimal 

C’est ce qu’a fait, environ cinq ans après s’être lancée en affaires, Valérie Parizeault, derrière le Studio Rose Flash spécialisé en sites web et image de marque. Elle a décidé de partager sur son blogue la stratégie de calcul qu’elle a utilisée.

« L’argent, c’est une question émotive, mais à un moment donné, il faut regarder la question sous l’angle mathématique », affirme l’entrepreneure.

 

1- Évaluer ses coûts d’entreprise

D’abord, on calcule combien il faut débourser d’argent pour être en affaires. Selon la forme juridique qu’on choisit pour son entreprise, les coûts varient.

Par exemple, si vous décidez de créer une compagnie, il faut prévoir plus de 325$ comme frais initiaux d’incorporation, puis près de 100$ de frais annuels pour maintenir votre compagnie en règle. Il faut aussi allouer davantage à la comptabilité puisqu’il faudra réaliser les états financiers de l’entreprise en plus de ses impôts personnels.

Ensuite, demandez-vous si vous ferez affaire avec des consultants à l’occasion, ou si vous aurez besoin d’employés, avec les charges sociales que cela signifie, comme le Régime des rentes du Québec et l’assurance-emploi.

Il faut compter également tout le reste : les coûts pour son espace de travail, les frais de déplacement, l’équipement, le mobilier, les fournitures de bureau, les télécommunications, les assurances, les coûts liés à la publicité et au développement d’affaires, etc.

À fin d’exemple, disons que vous ne prévoyez pas embaucher de personnel pour le moment et que vos dépenses sont d’environ 25 000$ annuellement.

 

Envie d’en savoir plus?

Consultez l’article complet sur le site de contenu conseil de la Banque Nationale