Saut au contenu

Le mentorat, agent de création de richesse

 

 

Auteur: Jacques Meilleur, mentor, SAGE Mentorat d'affaires

 

Le choix du titre de ce texte a pour but de provoquer une réflexion sur la durée des dyades, c'est-à-dire une durée basée sur la vision traditionnelle de « survie » versus une durée basée sur une vision modifiée de « création de richesse »

Sage Mentorat d’affaires, dans son guide du mentor, il y a 3 ans, indiquait encore qu’une dyade durait en général de 18 à 24 mois. Lors de mes rencontres avec des chefs mentors de plusieurs autres régions du Québec aux Rendez-vous du Réseau M, il semble que ce soit encore la durée idéale d’une dyade car, pour eux, le but du mentorat est de répondre à un besoin de l’entrepreneur. Lorsque les objectifs ont été atteints, lorsque la dyade a répondu aux besoins de l’entrepreneur, leur interprétation est que l’entrepreneur peut maintenant poursuivre son cheminement par lui-même et la dyade se termine.  Le mentor devient alors disponible pour prendre une autre dyade.

Pourtant l’objectif du mentorat aujourd’hui va beaucoup plus loin que d’aider l’entrepreneur à traverser une situation difficile, à répondre à un besoin ou à « passer le cap des 5 ans ». Même le Réseau M, dans sa mission écrit maintenant que le but du mentorat est de : « Développer le plein potentiel des entrepreneurs »

La mission de SAGE, elle aussi a aussi changé, elle est aujourd’hui « …voué au développement économique et au succès des entrepreneurs créateurs de richesse… »

Pour que le mentorat aide à « développer le plein potentiel des entrepreneurs », pour qu’il soit « voué au développement économique et au succès des entrepreneurs… », l’accompagnement doit se poursuivre au-delà de l’étape où il avait répondu aux premiers besoins de l’entrepreneur.

Quand on parle d’entrepreneurs, créateurs de richesse, on réfère aux concepts de création d’emploi, d’expansion, de diversification, d’exportation, etc. C’est au cours de ces étapes que le mentorat peur aider l’entrepreneur à atteindre son plein potentiel.

Voici un sommaire du rôle que le/la mentor(e) peut jouer au cours du temps :

  • Contribuer à briser l’isolement en permettant à l’entrepreneur, comme personne de confiance complètement impartiale, de discuter de ses projets, de confier ses inquiétudes, de se faire écouter, questionner, sans crainte de conséquences.
  • En sachant poser les bonnes questions, aider l’entrepreneur à revoir sa vision, à identifier les forces, les faiblesses de son organisation, à voir plus haut… à voir plus loin, à prendre confiance en ses capacités, en ses moyens, à améliorer son leadership.
  • Enfin, encourager, mettre au défi, questionner le statu quo, aller plus haut, aller plus loin…
  • En fait, aider l’entrepreneur à atteindre son plein potentiel.

Marie Lacroix dans le « Coin du Mentor » de septembre sur « la durée idéale d’une dyade » a partagé son cheminement sur sa perception du mentorat dans l’accompagnement de ses mentorés pour en conclure qu’aujourd’hui une dyade est indéfinie dans le temps (un article qui a intérêt à être relu)

Si on veut que le mentorat devienne un agent de création de richesse, l’accompagnement prendra toute sa valeur au moment de la croissance, de la création d’emplois, de la diversification de produits, de services ou de marchés, au moment des acquisitions, exportation, etc., même au stage de transfert d’entreprise.

C’est en « challengeant », en nourrissant l’intérêt, en questionnant sur les options, en stimulant l’entrepreneur à voir plus haut, à voir plus loin que le mentor aide son mentoré à atteindre son potentiel.

Au moment de terminer une dyade, il y a lieu de se demander comme mentor(e) : « Est-ce que mon/ma mentoré(e) a atteint son plein potentiel? Est-ce que le mentorat pourrait l’aider à aller plus loin, plus vite? Sinon, est-ce qu’un(e) autre mentor(e) pourrait prendre la relève?...

Ces articles s’inscrivent dans la volonté du Réseau M d’encourager la réflexion des mentors sur la posture mentorale et ainsi stimuler le développement de meilleures pratiques de mentorat pour entrepreneurs.

Les idées et opinions exprimées dans ces articles sont celles des auteurs et n’engagent nécessairement le Réseau M, propulsé par la Fondation de l’entrepreneurship.