Saut au contenu

Comment faire rebondir une dyade

 

Auteur: Paul Ouellet, mentor en économie sociale, SAGE Mentorat d'affaires.

 

Un mentor doit avoir dans sa tête un espace vaste et libre pour pouvoir accueillir son mentoré avec les préoccupations du moment. Le comment ça va demeurer la meilleure porte d'entrée.

Le sujet de la dernière rencontre n'est peut-être plus la priorité du moment! Nous devons compter sur notre capacité d'écoute attentive et nos habiletés à poser de bonnes questions pour dynamiser et enrichir la rencontre mentorale. La pratique de cette approche intuitive permet au mentor de développer au fil du temps un sentiment de sécurité qui lui facilite de plus en plus la tâche. Pas trop quand même parce que le danger de prendre les choses à la légère et d'être moins attentif peut aussi se développer. Restons alerte!

La vie étant ce qu'elle est, il est arrivé des moments pendant une dyade où l'échange vrai et authentique s'amorce plus difficilement. Le sentiment de faire du "sur place" peut alors apparaître. C'est normal! Pas de panique!

Comment faire rebondir une telle dyade? Deux moyens : les cartes cachées et les questions papillons.

 

Les cartes cachées

Après chaque rencontre avec ses mentorés, le mentor note un ou deux éléments verbalisés par le mentoré au cours de la conversation. Des bouts de phrases qui glissent sans que l'on s'y arrête. Cela peut être une simple allusion ou une remarque qui n'a fait l'objet jusqu'à date d'aucun échange. Des sujets non abordés mais déjà nommés dans les échanges.

Quelques exemples:

  • Je suis bien occupé, j'ai moins de temps pour mon équipe de travail mais ça va, ils me font confiance...
  • Une bonne fois, j'aimerais ça te parler de cela mais ça ne presse pas
  • J’ai de la misère à me libérer pour nos rencontres mais là, je veux te parler absolument d'un sujet en particulier
  • Je t'ai entendu prendre la parole lors de tel événement, c'est vraiment facile pour toi...
  • J’en ai plein les bras, puis ma femme dit que j'entre tard mais là j'en peux plus avec mon associé.

Le mentor accumule ainsi pour chaque mentoré quelques cartes cachées et lors d'une rencontre qui lève moins, il en utilise une avec la formule suivante:

  • Tu sais, il y a deux rencontres, tu as dit...

Et ça redémarre avec des questions ouvertes :

  • Comment
  • Pourquoi

Le mentor a la responsabilité d'animer le jeu de temps à autre.

 

Les questions papillons

Il existe une autre façon de faire rebondir une dyade, notamment en utilisant des questions papillons qui arrivent sans être attendues mais valables pour tout entrepreneur. Des questions sur des sujets de base non encore abordés.

Exemples:

  • Qu'est-ce qui est le plus facile pour toi?
  • Quels sont tes modèles d'entrepreneurs?
  • Le leadership, c'est quoi pour toi? Comment tu l'exerces?
  • Avec qui as-tu le plus de facilité à travailler?
  • Si je prononce le mot stress, comment tu réagis?
  • Tu te vois où dans trois ans?
  • Si tu décidais d’avoir un associé, quel profil tu rechercherais?
  • Si je te demandais à brûle-pourpoint, quel est actuellement ton top top défi...

 

L'empathie

L'empathie et le bilan pour faire rebondir une dyade en arrêt et qui est en silence radio. Faire preuve d'empathie au maximum sans crainte de déranger ou de se faire refuser.

Empathie: capacité d'une réponse émotionnelle face à l'émotion de l'autre.

Expérience vécue

Dernièrement lors d'une rencontre de cellule, le mentor nous racontait que sa mentorée, après six rencontres, ne lui donnait plus signe de vie sous prétexte qu'elle était complètement débordée.

Nous avons échangé sur la manière dont il pourrait la relancer pour finalement se poser cette question : Pourquoi ne pas communiquer avec elle avec sincérité en lui disant qu'il avait apprécié ses rencontres avec elle et connaissant ses débordements de travail, il s'inquiétait vraiment pour elle?

Une interpellation basée sur l'empathie, sur une attention particulière à sa personne. Le mentor n'avait rien à perdre à lui dire qu'il se faisait du souci pour elle, puisque c'était vrai.

Résultat : sa mentorée a réagi rapidement et ils se sont fixé un rendez-vous. La dyade a rebondi ! L'avenir nous dira si ce deuxième départ est réellement le bon. Chose certaine, le mentor a pris un risque qui a rapporté.

Écrire au mentoré silencieux depuis quelque temps pour lui demander une brève rencontre pour faire le bilan de la dyade en suggérant que cela est utile pour s'améliorer comme mentor. Le mentor demande à ce mentoré de lui rendre service et cela peut créer une nouvelle occasion de faire rebondir une dyade. Même si le taux de réussite de cette approche n'était qu'une fois sur trois ou sur quatre, ce serait un gain, un nouveau départ.

Le mentorat n'est pas une science exacte mais bien un art qui ne peut s'améliorer qu'en le pratiquant. Laissons-nous influencer par les meilleures pratiques des uns et des autres.

Ces articles s’inscrivent dans la volonté du Réseau M d’encourager la réflexion des mentors sur la posture mentorale et ainsi stimuler le développement de meilleures pratiques de mentorat pour entrepreneurs.

Les idées et opinions exprimées dans ces articles sont celles des auteurs et n’engagent nécessairement le Réseau M, propulsé par la Fondation de l’entrepreneurship.